histoire de l'éventail
Blog

Histoire de l’éventail

L’histoire de l’éventail débute en Chine, en Egypte ou en Grèce. Ils se présentent sous forme d’écrans, ils ne sont pas pliables.


Ce sont les Japonais qui inventent au VIIe siècle l’éventail plié, le “SENSU”. La légende veut que ce soit un paysan qui aurait conçut cet objet en regardant les ailes d’une chauve-souris qui se ployaient et se déployaient.


Au Moyen-Agen, on parle d’esmouchoir composé d’un manche et de longs fils de crin.


Les éventails à manche auraient été (pour un usage profane) introduits en Europe par les Croisés au XIIIe siècle. Les éventails “pliés” sont importés en Europe au milieu du XVIe siècle par les commerçants portugais revenus du Japon.
Introduit en France sous sa forme moderne par Catherine de Médicis, objet favori d’Elisabeth Ire d’Angleterre, il connut un important développement en Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles. A l’époque, ils sont vendus par les parfumeurs.


C’est sous Henri IV et Marie de Médicis que la mode s’impose véritablement en France.
Produit essentiellement en France ( par une corporation crée par Louis XIV et Colbert), en Angleterre, aux Pays-Bas, en Italie et plus rarement dans l’espace germanique, ce fut d’abord un objet aristocratique et artistique, reprenant les sujets (mythologiques et bibliques surtout) de tableaux connus, tant sur les feuilles que sur les montures d’ivoire, de nacre ou d’écaille.


Le premier quart du XVIIIe siècle garde le goût des petits éventails brisés d’influence chinoise, puis les éventails pliés gagnent les faveurs de la cour.


Fin XVIIIe, certains éventails sont produits en série, imprimés et rehaussés au pochoir. Ce premier âge d’or de l’éventail prend fin à la période révolutionnaire.
Les robes légères et près du corps du Directoire puis du Consulat et de l’Empire, ralentissent l’usage de l’éventail.


Cependant la mode néoclassique voit naître de ravissants petits éventails de tulle pailleté.
La Restauration amène un nouveau style et relance le goût des petits éventails brisés qui avaient été en vogue au XVIIe. L’utilisation de belles copies d’anciens éventails revient également à la mode, notamment grâce au procédé de la chromolithographie inventée en 1839, permettant une multiplication d’un même dessin.


Une fois encore, la révolution de 1848 manque d’anéantir l’industrie de l’éventail, mais les commandes pour l’exportation permettent de sauver le marché.


Durant le XIXe, la France est le seul pays producteur en Occident et différencie ses styles en fonction des pays destinataires.
La fabrication espagnole, négligée par la haute société durant le XVIIIe siècle, se développe dès 1830. Valence est alors le centre incontesté de cette industrie en Espagne.


Contrairement au XVIIIe, où la peinture de feuilles d’éventails est considérée comme un art mineur, au XIXe de grands noms s’illustreront comme Manet, Renoir, Pissaro, Paul Gauguin
La fin du XIXe voit se développer le marché publicitaire et des éventails cotillons en très grande série.


Début XXe les éventails de plumes occupent un temps le devant de la scène, ainsi que de très belles feuilles peintes sur soie d’inspiration Art Nouveau puis Art Déco. Cependant, la première Guerre Mondiale, puis la seconde, verront la fin du règne de l’éventail pour des raisons économiques et des changements de mode.

Source: http://lagrandehistoiredelamode.over-blog.com/2018/08/histoire-de-l-evantail.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *